Fin d’Aventures

Chères lectrices, chers lecteurs,
chères collaboratrices, chers collaborateurs,
chères libraires, chers libraires,

Le couperet est tombé et je n’irai pas par quatre chemins pour vous annoncer la fin de nos Aventures. C’est l’histoire d’un gros imprévu et d’une économie fragile. Un coup classique, c’est l’époque qui veut ça… vous direz-vous. Pas vraiment en fait, c’est forcément plus complexe et subtil mais ce récit moribond serait trop long à exposer maintenant.

Aventures n’aura pas terminé sa première année, avec seulement cinq numéros au compteur sur les six annoncés. Je vous présente de sincères excuses pour ce faux bond et je tiens à vous remercier toutes et tous pour vos soutiens et vos engagements.

Plus sûre que jamais de la nécessité de parler haut et fort d’érotisme et de sexualité, j’invite les plus entreprenants d’entre vous à poursuivre la réflexion et à oser ces expositions. On parle bien de genres mais on dit peu que la sexualité, aujourd’hui comme hier, a la langue triste et l’œil amère. Rassemblez les forces et multipliez les initiatives pour que vive l’érotisme, la poésie, l’impertinence, l’ouverture d’esprit et l’humour, par tous les moyens !

Ouvrir les champs, fantasmer plus loin, oser dire, libérer nos corps, partager les plaisirs, avoir l’impudence de vivre sa propre sexualité, jouir autant que rire… Aventures s’arrête ici et je ne promets pas de suite, mais voilà de quoi vous occuper pour les prochaines années.

Joan Riviera

 

Allez, on finit en musique avec une ultime playlist
orchestrée dans la moiteur du salon d’Alain Delyon…